Aperçu de la science

Les départements de recherche du MMG

Actualités

Our unit is pleased to welcome Anaïs Baudot, a systems biologists coming from the Marseille Mathematics Institute.

Dans une étude publiée dans le journal EMBO Molecular Medicine, l'équipe du professeur Nicolas Lévy identifie le...

Grâce au soutien de la fondation Leducq.


Événements à venir

Découvrir

Visite virtuelle du MMG

le MMG en images

Sélection de PUBLICATIONS

Stefanovic, S.  et al. 2017

Mechanisms of retinoic acid signaling during cardiogenesis

Substantial experimental and epidemiological data have highlighted the interplay between nutritional and genetic factors in the development of congenital heart defects. Retinoic acid (RA), a...
Mech. Dev. - issue: - volume: 143 - pages: 9-19.

Rapetti-Mauss, R.  et al. 2015

A mutation in the Gardos channel is associated with hereditary xerocytosis

The Gardos channel is a Ca2+-sensitive, intermediate conductance, potassium selective channel expressed in several tissues including erythrocytes and pancreas. In normal erythrocytes, it is involved...
Blood - issue: 11 - volume: 126 - pages: 1273-1280.

Cerino, M.  et al. 2015

Novel Pathogenic Variants in a French Cohort Widen the Mutational Spectrum of GNE Myopathy

BACKGROUND: GNE myopathy is a rare autosomal recessively inherited muscle disease resulting from mutations in the gene encoding GNE (UDP-N-acetylglucosamine-2-epimerase/N-acetylmannosamine kinase), a...
J Neuromuscul Dis - issue: 2 - volume: 2 - pages: 131-136.

Manes, G.  et al. 2015

High Prevalence of PRPH2 in Autosomal Dominant Retinitis Pigmentosa in France and Characterization of Biochemical and Clinical Features

PURPOSE: To assess the prevalence of PRPH2 in autosomal dominant retinitis pigmentosa (adRP), to report 6 novel mutations, to characterize the biochemical features of a recurrent novel mutation, and...
Am. J. Ophthalmol. - issue: 2 - volume: 159 - pages: 302-314.

Bannwarth, S.  et al. 2014

Reply: Are CHCHD10 mutations indeed associated with familial amyotrophic lateral sclerosis?

WOS:000346761200006
Brain - issue: - volume: 137 - pages: e314.

Thompson, R.  et al. 2014

RD-Connect: An Integrated Platform Connecting Databases, Registries, Biobanks and Clinical Bioinformatics for Rare Disease Research

Research into rare diseases is typically fragmented by data type and disease. Individual efforts often have poor interoperability and do not systematically connect data across clinical phenotype,...
J. Gen. Intern. Med. - issue: - volume: 29 - pages: S780-S787.

Samadi, A.  et al. 2012

Surgical management of patients with Marfan syndrome: Evolution throughout the years

Aim. To evaluate the evolution of surgical management in a large population of patients with Marfan syndrome. Methods. This is a retrospective study of patients fulfilling the Ghent criteria for...
Arch. Cardiovasc. Dis. - issue: 2 - volume: 105 - pages: 84-90.

Chronologie de la génétique humaine

  1. Découverte de la Sélection Naturelle

    1859

    Charles Darwin publie “L’origine des espèces”, oeuvre qui a révolutionné la compréhension de la biologie et la génétique.

  2. Discovery of Heredity

    1865

    Working on pea plants, Gregor Mendel reports that the inheritance of certain traits follows a particular pattern, discovering the notion that heredity is transmitted in discrete units that will later be referred to as genes.

  3. Première purification d’ADN

    1869

    Frederick Miescher extrait de l’ADN de globules blancs et l’appelle ”nucléine”. Il fut le premier décrire l’ADN comme une unité distincte des autres composants cellulaires.

  4. Première observation de chromosomes humains

    1882

    Walther Flemming présente la première illustration de chromosomes humains.

  5. Le nom “chromosome” apparaît pour la première fois, inventé par Heinrich von Waldeyer.

    1888
  6. Théorie Chromosomique de l’Hérédité

    1902

    Walter Sutton et Theodor Boveri observent en parallèle que le patron de transmission héréditaire décrit par Mendel correspond au patron de ségrégation des chromosomes au cours de la méiose, la division cellulaire qui produit les cellules reproductrices , à savoir les ovules  et les spermatozoïdes.

  7. Première description d’une maladie à caractère génétique

    1902

    William Bateson, Elizabeth Saunders et Archibald Garrod démontrent que l’alcaptonurie, appelée également maladie de l’urine noire, est transmise selon les lois de l’hérédité de Mendel.

  8. William Bateson invente le terme “Génétique”

    1905
  9. Première interaction entre généticiens et cliniciens

    1908

    Organisation du premier “Débat sur l’Hérédité et la Maladie” par la Royal Society of Medicine à Londres.

  10. Le mot “gène”

    1909

    est utilisé pour la première fois par Wilhelm Johannsen. Celui-ci invente également les termes de “génotype“ et “phénotype“ pour décrire respectivement l’information génétique en elle-même et sa manifestation en termes de traits morphologiques observables.

  11. Le gènes sont contenus dans les chromosomes

    1911

    En utilisant la mouche du vinaigre Drosophila melanogaster comme modèle expérimental, Thomas Hunt Morgan démontre que les gènes sont contenus dans les chromosomes et constituent la base physique de l’hérédité.

  12. Concept d’Hérédité Multifactorielle

    1931

    Archibald Garrod publie son deuxième ouvrage intitulé “Inborn Factors in Disease” (Facteurs Innés des Maladies) où il décrit l’idée de prédisposition héréditaire à certaines maladies, posant ainsi les bases du concept d’hérédité multifactorielle.

  13. Première estimation du taux de mutation chez l’Homme

    1935

    JBS Haldane calcule une estimation de la fréquence d’apparition de mutations provoquant l’hémophilie.

  14. Dévelopement de l’idée de liaison génétique

    1935

    Ronald Fisher, entre autres, suggère de suivre la transmission de marqueurs génétiques liés pour prédire la probabilité qu’un individu soit atteint d’une maladie.

  15. Première liaison génétique démontrée chez l’Homme

    1937

    Julia Bell et JBS Haldane démontrent pour la première fois que le gène du daltonisme est lié à celui de l’hémophilie.

  16. Hypothèse “Un Gène, Une Enzyme“

    1941

    En utilisant la moisissure rouge du pain, Neurospora crassa, Georges Beadle et Edward Tatum démontrent que les gènes régulent différentes réactions chimiques. Ils proposent l’idée que chaque gène est responsable de la synthèse d’une enzyme.

  17. Premier aperçu de la structure de l’ADN

    1943

    William Astbury obtient le premier patron de diffraction aux rayons X d’une molécule d’ADN, qui révèle la périodicité de sa structure. Astbury propose que cette périodicité est due à l’empilement des nucléotides les uns au dessus des autres.

  18. La nature chimique des gènes

    1944

    Oswald Avery, Colin MacLeod et Maclyn McCarty démontrent que ce ne sont pas les protéines mais l’ADN qui est capable de transformer les propriétés d’une cellule. Ils clarifient ainsi la nature chimique des gènes.

  19. Première maladie génétique connue pour être liée à un défaut enzymatiquey

    1952

    Carl Cori et Gerty Cori découvrent qu’un défaut de l’enzyme glucose-6-phosphatase est responsable de la glycogénose de type 1(maladie de Von Gierke).

  20. Structure modèle de l’ADN en double hélice

    1953

    A partir des résultats de crystallographie aux rayons X de l’ADN obtenus par Rosalind Franklin, Francis Crick et James Watson décrivent la structure en double hélice de la molécule. Ils obtiendront le Prix Nobel de Physiologie et Médecine pour ce travail en 1962.

  21. Dénombrement des chromosomes humains

    1955

    Joe Hin Tjio défini le nombre exact de chromosomes chez l’Homme : 46.

  22. Découverte de l’ADN Polymérase

    1955

    Arthur Kornberg et ses collaborateurs purifie l’ADN polymérase, une enzyme qui catalyze la synthèse d’ADN à partir d’un ADN matrice, et qui sera plus tard utilisée en séquençage.

  23. Identification de maladies liés à des aberrations chromosomiques

    1959

    Trois groupes découvrent indépendamment que des anomalies dans le nombre de chromosomes sont liées aux syndromes de Down, Turner et Klinefelter (découvertes respectives de Jérôme Lejeune, Charles Ford et Patricia Jacobs  en collaboration avec John Strong).

  24. Premiers tests de dépistage de maladies métaboliques chez le nouveau-né

    1961

    Robert Guthrie développe une méthode pour dépister la phénylcétonurie (PKU) chez les nouveau-nés, une maladie génétique liée à un trouble du métabolisme de la phénylalanine.

  25. Décryptage du Code Génétique

    1961

    Marshall Nirenberg et Heinrich Matthaei déchiffrent le code génétique qui permet de traduire l’information génétique contenue dans l’ADN sous forme d’alphabet à 4 lettres en protéines qui elles sont constituées par la succession de 20 acides aminés différents.

  26. Premier diagnostique prénatal chromosomique

    1966

    Mark Steele et Roy Breg évaluent le karyotype fœtal à partir de cellules présentes dans le liquide amniotique.

  27. Découverte des enzymes de restriction

    1968

    Description des premières nucléases de restriction, des enzymes  capables de reconnaître et de couper de séquences d’ADN courtes et spécifiques. Les fragments produits par l’action de ces enzymes sur une molécule d’ADN permettent d’analyser sa séquence. Ces enzymes sont par la suite devenues des outils importants dans la cartographie des génomes.

  28. Identification unique des 23 paires de chromosomes humains

    1970

    Lore Zech, Torbjörn Caspersson et leurs collaborateurs développent l’utilsation d’un colorant fluorescent qui s’intercale entre les paires de bases de l’ADN, la quinacrine, pour   visualiser des bandes claires et sombres le long des chromosomes. Tel un code barre, chaque chromosome du génome révèle ainsi un patron unique de bandes qui permet de l’identifier parmi l’ensemble des chromosomes.

  29. Naissance de l’idée de thérapie génique

    1972

    Theodor Friedmann et Richard Roblin suggèrent l’utilisation d’ADN exogène pour remplacer et corriger un ADN porteur de mutation(s) chez les patients atteints de maladies génétiques.

  30. Séquençage de l’ADN

    1975

    Les groupes de Frederick Sanger et d’Alan Maxam et Walter Gilbert développent en parallèle des méthodes de séquençage de l’ADN.

  31. Premiers animaux transgéniques

    1981

    Plusieurs équipes de chercheurs développent des techniques pour introduire de manière stable des gènes exogènes chez la mouche du vinaigre et la souris. Les animaux transgéniques ainsi produits seront par la suite essentiels dans l’étude de la fonction des gènes.

  32. Création de la base de données GenBank

    1982

    Les chercheurs à travers le monde commencent à répertorier les données issues de séquençage d’ADN dans GenBank, une base de données publique du National Institute of Health (NIH).

  33. Liaison entre une maladie génétique et des marqueurs de l’ADN

    1982

    J.M. Murray et ses collaborateurs démontrent la liaison génétique entre le locus responsable de la dystrophie musculaire de Duchenne et un marqueur génétique au niveau du bras court du chromosome X.

  34. Clonage positionnel du gène responsable d’une maladie génétique

    1986

    Développement du clonage positionnel pour identifier un gène sans connaître la protéine pour laquelle il code. Le premier gène ainsi cartographié est responsable de la granulomatose septiqe chronique (GSC), une maladie du système immunitaire. 

  35. Invention de la PCR

    1986

    Kary Mullis développe la PCR (Polymerase Chaine Reaction), une technique permettant d’amplifier de l’ADN de manière exponentielle, produisant ainsi rapidement des milliards de copies d’une séquence particulière. Mullis obtiendra le Prix Nobel de Chimie pour ce travail en 1993.

  36. Première Carte Génétique Humaine

    1987

    La première cartographie complète du génome humain est basée sur les profils de digestion du génome obtenus par l’action de différentes enzymes de restriction sur l’ADN.

  37. Lancement du Projet Génome Humain

    1990

    Le Département de l’Énergie américain et le National Institute of Health annoncent un programme pour séquencer le génome humain sur une période de 15 ans. Ce programme aboutira au séquençage des 3,2 milliards de paires de bases contenues dans le génome.

  38. Première thérapie génique

    1990

    Un fille de quatre ans souffrant d’une immunodéficience sévère fût la première patiente traitée par thérapie génique aux Etats-Unis. Les effets de la thérapie furent positifs bien que temporaires.

  39. Premier gène responsable d’une maladie génétique identifié

    1993

    Clonage du gène responsable de la maladie de Huntington en utilisant une combinaison de cartographie génétique fine et de séquençage d’ADN. Des mutations responsables de la maladie sont par ailleurs identifiées.

  40. Clonage d’un mammifère

    1997

    Le mouton Dolly est le premier mammifère cloné de l’histoire à l’Institut Roslin, Edinburgh, à partir d’un noyau de cellule adulte.

  41. Séquençage du chromosome 22

    1999

    Première séquence entièrement finie d’un chromosome humain. Le chromosome 22 a été choisi pour sa taille relativement courte et parce qu’une carte génétique détaillée de celui-ci était déjà disponible. Ces cartes sont essentielles pour un séquençage en clone par clone, stratégie adoptée par le Projet Génome Humain.

  42. Fin de la première phase du Projet Génome Humain

    2000

    La fin du séquençage brut du génome humain est annoncée par conjointement par le Consortium International du Génome Humain et par Celera. Au printemps de l’an 2000, les chercheurs impliqués dans le Projet Génome Humain avaient séquencé 90% du génome en quadruplicats

  43. Avancé en thérapie génique

    2003

    Essai de thérapie génique sur 10 patients atteints de déficit immunitaire combiné sévère  (DICS). Les résultats de cette thérapie sont positifs, mais parmi le 10 garçons traités, deux développent des leucémies, mettant ainsi fin à cet essai.

  44. Fin du Projet Génome Humain

    2003

    La séquence complète couvre alors 99% du génome humain avec une précision de 99,99%.

  45. Première thérapie génique approuvée

    2003

    La première thérapie génique de l’histoire est approuvée en Chine pour le traitement de cancers de la tête et du cou.

  46. Le gène LMNA est responsable de la Progéria de Hutchinson-Gilford

    2003

    L’équipe de Nicolas Lévy identifie des mutations dans le gène LMNA chez des patients atteints de progéria, une maladie qui se caractérise par un vieillissement prématuré.

  47. Premières technologies de séquençage d’ADN nouvelle génération

    2005

    Développement de plateformes de séquençage à haut débit qui permettent le séquençage rapide des génomes à un coût compétitif.

  48. Début des études d’associations pangénomiques (GWAS

    2005

    Une étude d’association pangénomique (dite GWAS pour Genome-Wide Association Study) démontre une association entre le développement de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et un variant commun du gène CFH qui code pour le facteur H du complément.

    Depuis 2005, des milliers d’études GWAS ont démontré de manière robuste l’association de maladies multifactorielles avec des variants génétiques communs.

  49. En voie vers une thérapie génique pour les cancers de l’hypophyse

    2006

    Anne Barlier et Thierry Brue traitent avec succès des tumeurs neuro-endocrines par thérapie génique chez la souris.  L’approche consiste en l’expression d’une version mutée du gène PIT-1.

  50. Début de la médecine personnalisée avec le séquençage génomique à haut débit sequencing

    2008

    Le génome d’un individu peut être entièrement séquencé en l’espace de deux mois et à un coût 100 fois plus bas que celui des techniques de séquençage de première génération.

  51. Lancement du Projet des 1000 Génomes

    2008

    Ce projet qui s’étale de 2008 à 2015 a pour objectif de dessiner le panorama de toute la diversité génétique humaine. A l’arrivée, 2504 individus issus de 26 populations différentes à traver le monde auront été séquencés.

  52. Séquençage d’exomes à fins diagnostiques

    2009

    Le premier patient diagnostiqué par séquençage d’exome était atteint de syndrome de Bartter, une maladie rare du rein. Cette technique vise à identifier des variants nucléotidiques non pas dans le génome tout entier, mais dans le sous-ensemble que constituent les gènes exprimés par une cellule.

  53. Séquençage d’exomes pour identifier un gène lié à un déficit intellectuel

    2013

    En utilisant le séquençage d’exomes, le laboratoire de Laurent Villard repère une mutation dans le gène BCAP31 chez des patients souffrant d’un déficit immunitaire, intellectuel et moteur lié au chromosome X.

  54. Utilisation de CRISPR-Cas9 pour modifier le génome humain

    2013

    Les laboratoires de Feng Zhang et George Church confirment la possibilité d’utiliser la technology d’édition d’ADN basée sur le système CRISPR-Cas9 pour modifier le génome humain.

  55. En voie vers une thérapie génique pour les dysferlinopathies

    2015

    Marc Bartoli et ses collaborateurs développent une idée de thérapie génique pour traiter des patients atteints de dysferlinopathies et porteurs de certaines mutations dans le gène DYSF. Leur méthode basée sur la technique de saut d’exon affiche des résultats prometteurs sur des cellules de patients.

Avancées technologiques
Contributions du MMG

Questions ou avis ?

Contactez-nous